El tiempo - Tutiempo.net

Un regard sur le nouveau calendrier sportif

  • Published in Sports
  • Hits: 389
tamara robles taekwondo 1Les Jeux panaméricains à Lima seront un grand défi pour lesquels il faudra garder à l’esprit la leçon de Toronto 2015.
 
La nouvelle année est l’occasion de célébrer les succès engrangés durant celle qui vient de s’écouler et de se préparer pour faire face aux défis immédiats.
 
Chaque mois de janvier est perçu dans l’imaginaire populaire comme l’occasion de s’engager à améliorer les aspects les plus divers de la vie personnelle et sociale.
 
C’est la raison pour laquelle, en 2019, les sportifs cubains se sont fixés plusieurs objectifs ambitieux, compte tenu du fait que le niveau des compétitions internationales est de plus en plus relevé et que, dans des scénarios nouveaux et complexes, l’ampleur de la tâche oblige à consentir davantage de sacrifices.
 
LES LEÇONS DE TORONTO
 
Les Jeux panaméricains à Lima, du 26 juillet au 11 août, sont l’un des événements les plus attendus.
 
À propos de cette compétition multisports, Antonio Becali, président de l'Institut national du sport, de l’éducation physique et des loisirs (Inder), a déclaré récemment à Granma international que « l'objectif est d’améliorer la performance d'il y a quatre ans à Toronto, où nous avions obtenu 36 médailles d'or », dans un environnement où nombre de pays du continent affichent des progrès constants.
 
Ainsi, la préparation du prochain rendez-vous sportif dans la capitale péruvienne nous oblige à tirer les enseignements des expériences de Toronto, en 2015, lorsque plusieurs facteurs se sont conjugués pour reléguer la délégation cubaine à la 4e place du classement général par pays. Le fait de ne pas avoir participé à 133 des 364 épreuves programmées nous aura forcés à rechercher une efficacité maximale dans le reste des disciplines, ce qui n'a pas été le cas.
 
Conscients que les États-Unis, le Canada et le Brésil étaient les adversaires les plus sérieux (les Canadiens ont su profiter des épreuves laissées par d’autres pays pour grignoter des places), les Cubains, qui ont pris part à un nombre significatif de finales, n'en ont gagné que 36%, précisément lors des journées décisives avant la clôture des Jeux panaméricains, alors qu’au début des compétitions plusieurs de nos sportifs promis à une médaille d’argent avaient créé la surprise en empochant l’or.
 
Un autre élément qui s’est produit à Toronto se répètera probablement en 2019, et de manière accrue. Des pays comme le Brésil ont envoyé au rendez-vous canadien une délégation très bien préparée, qui comprenait un nombre considérable de sportifs et d'entraîneurs nationalisés. Ce phénomène, loin de s’arrêter, est de plus en plus fréquent, mondialisation et commercialisation obligent, si bien qu’il n’est plus surprenant de voir, comme on l’a remarqué à différents tournois, des pongistes d’origine asiatique défendant les couleurs de pays d’Amérique latine.
 
Rappelons que les Brésiliens avaient préparé avec enthousiasme et minutie leurs Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro, et que Toronto leur avait servi de test pour procéder aux derniers réglages. À présent, comme à la fin de chaque cycle olympique, les sportifs de notre continent ont les yeux sur les Jeux de Tokyo 2020 et ils tenteront d’atteindre leurs meilleures performances à Lima.
 
À ce jour, Cuba a qualifié 337 sportifs dans 22 disciplines pour les prochains Jeux panaméricains, alors qu'il reste plusieurs compétitions de qualification qui devraient grossir les rangs de notre délégation. C’est le cas de l'athlétisme, du badminton, du karaté, des voiles et des plongeons, qui offriront des places dans les prochains mois.
 
Outre les compétitions pré-américaines qui attribueront des billets pour Lima 2019, les compétitions nationales et internationales organisées à Cuba et à l'étranger contribueront à la préparation de nos sportifs et nous donneront un aperçu plus précis de leur forme, comme ce fut le cas pour le récent tournoi de boxe Playa Giron, qui s'est tenu à Camagüey, où débutants et confirmés se sont mesurés pour décrocher une place dans l’équipe nationale.
 
AUTRES RENDEZ-VOUS
 
Parmi les grandes échéances qui permettront à plusieurs de nos sportifs d’atteindre leur meilleure forme en vue des Jeux panaméricains, figurent les Championnats du monde d’athlétisme à Doha, au Qatar.
 
À ce rendez-vous prévu du 27 septembre au 6 octobre, Cuba aura l’occasion d’aligner des athlètes de la classe du sauteur en longueur Juan Miguel Echevarria, de la spécialiste du lancer du disque Yaimé Pérez, de Yarisley Silva, au saut à la perche, ainsi que du champion olympique de la jeunesse du triple saut Jordan Diaz.
 
Il n’est pas dans notre intention ici de faire référence à tous les tournois de haut niveau prévus en 2019. Nous préciserons que la boxe, un sport stratégique pour le mouvement sportif cubain, devra faire face à deux échéances de taille comme la Série mondiale (World Series of Boxing) et les Championnats du monde masculins dans la ville russe de Sotchi, dont les dates sont encore à définir.
 
Le baseball attirera une nouvelle fois l'attention de milliers de supporters lorsque notre équipe évoluera dans la Série des Caraïbes, début février au Venezuela. Le nouveau champion issu de la Série nationale actuelle aura à cœur de briguer le titre.
 
Par ailleurs, durant la dernière semaine d'août, Cuba participera aux Championnats du monde de judo au Japon. Rappelons que les Japonais avaient fait preuve d’une domination écrasante lors des Mondiaux à Bakou en 2018, où ils avaient remporté sept médailles d'or, cinq d'argent et quatre de bronze.
 
La lutte, un important pourvoyeur de médailles dans l’arène internationale pour Cuba, aura ses Championnats du monde dans la ville kazakhe d’Astana, en septembre prochain. Nos yeux seront fixés sur Oscar Pino, Yowlis Bonne et Lianna Montero, entre autres. De plus, il faudra suivre de près nos cracks de la lutte gréco-romaine Mijain Lopez, originaire de Pinar del Rio, pour qui cette année sera essentielle dans sa préparation pour les Jeux Olympiques de 2020, où il pourrait devenir le premier lutteur au monde à remporter quatre titres olympiques dans un sport de combat.
 
Cette discipline comportera également le Tournoi Cerro Pelado-Granma, qui réunira les meilleurs lutteurs cubains et plusieurs concurrents étrangers.
 
Tels sont les défis à relever et gageons que nos représentants s’y illustreront.
 
Principales compétitions internationales à Cuba
 
-Tournoi international José Raul Capablanca d’échecs, 8-20 mai.
-Série mondiale de boxe (plusieurs dates dans l’année).
-Coupe ibéro-américaine de triathlon 22-25 février.
-Tournoi de lutte Cerro Pelado-Granma, 15-23 février.
-Coupe Marcelo Salado de sports aquatiques et plongeons cccam, 18-31 mars.
-Coupe du monde d’épée, 11-13 janvier.
-Coupe panaméricaine de ping-pong, 6-10 juin.
-Tournoi Mémorial Barrientos d’athlétisme, 5-10 juin.
-Tournoi Giraldilla de La Havane de badminton, 13-17 mars.
-Tournoi Cordoba Cardin de boxe, 3-9 juin.
-Tour Norceca de beach-volley, 22-27 juin.
-Marathon Marabana, 17 novembre.
-Demi-marathon de Varadero, 30 mars-1er avril.
 
Principales compétitions nationales
 
-55e Jeux sportifs nationaux scolaires, juin-juillet.
-59 Série nationale de baseball, du 5 août au 10 octobre (1ère phase) et du 27 octobre au 25 décembre (2e phase).
-Tournoi Playa Giron de boxe, du 17 au 23 décembre.
-Série nationale de boxe, sans date convenue.
-Tournoi national d’ascension et Ligue supérieur de basket-ball.
-Ligue nationale de football, du 19 janvier au 24 avril.
-Circuit national de route (cyclisme), du 19 février au 3 mars.
-Festival paralympique, du 10 au 14 novembre.
/Granma

Ajouter un Commentaire