L’été « construit » avec le consensus de quartier

  • Published in Sports
  • Hits: 194
boxePhoto: Germán Veloz PlacenciaLe sac de frappe tremble à peine aux coups de Jorge Alejandro. Mais l'enfant de 10 ans s'imagine en plein combat pour un titre de champion de boxe.
 
Holguín, le sac de frappe tremble à peine aux coups de Jorge Alejandro. Mais l'enfant de 10 ans s'imagine en plein combat pour un titre de champion de boxe.
 
Les actions se déroulent sous le regard attentif de Juan Pérez Dominguez, qui surveille également le travail de deux autres jeunes. Cet ancien membre de la présélection nationale de boxe et actuel directeur du gymnase Dagoberto Sanfield, explique qu’il ne s’agit pas d’une classe technique rigoureuse pour préparer les élèves à un sport aussi difficile, mais plutôt d’exercices récréatifs conçus dans le cadre des activités estivales du conseil populaire de Vista Alegre, dans le chef-lieu de cette province.
 
« Le matin et l'après-midi, les enfants et les adolescents ont l'occasion d’accéder à ces pratiques, ainsi que de jouer aux dominos et aux dames », explique-t-il.
 
Les séances d’aérobic, où prédomine la présence de femmes de tous les âges, ont lieu à partir de six heures de l'après-midi. Comme le quartier n'est pas habitué à ce que cette installation fonctionne à partir de cette heure avec de la musique assez forte, la décision a été prise après consultation avec les voisins. Mais ceux-ci, confirme l'ancien boxeur, ont approuvé toutes nos initiatives pour l'été.
 
TOUT LE MONDE Y GAGNE
 
Il suffit que Mariluz Pavon Dominguez, directrice adjointe du Combinat sportif « Jesus Manuel Feliu Leyva », commence à décrire des actions pour comprendre que son équipe de travail s’est fermement engagée à proposer autant d'options récréatives que possible pendant l'été, et même s’ils encouragent en premier lieu les enfants, ils favorisent aussi la participation des familles.
 
Ce qu'ils définissent là-bas comme une stratégie de travail, comportant plus de
 
300 activités prévues pour la période estivale, avait pour point de départ un projet présenté aux délégués des 17 circonscriptions du Conseil populaire. « Ce fut une étape importante car ils nous ont suggéré des idées qui correspondaient parfaitement aux particularités et aux préférences de chaque endroit », précise la prof.
 
L'école primaire « Marcos Campaña », dans le quartier de La Quinta, dispose d'un vaste espace pour la pratique du sport, une raison prise en compte pour aménager une zone récréative permanente pendant les vacances, ce qui a été très bien accueilli par le corps enseignant de cet établissement, « car cette initiative nous a permis de renforcer les liens avec la communauté », selon l'avis de l'institutrice Reina Nieves Herrera.
 
Cristian Eduardo Pérez, 12 ans, fréquente l’endroit pour la cinquième fois, attiré notamment par les matchs de football et de volley-ball organisés par un groupe d'enseignants, qui font du très bon travail, selon ses amis Daniel Leon Rodriguez et les frères Manuel et Juan Carlos Sarmiento Batista, qui apprécient par-dessus tout le Championnat de football de rue, où ils représentent l'équipe de la 23e circonscription, dans le quartier de Piedra Blanca.
 
En interrogeant le personnel sur le mode de transport des enfants depuis leurs lieux de résidence aux espaces de loisirs, Ana Infante Pérez, professeur d’activités de loisir, nous explique qu'ils sont sous sa responsabilité, qu'elle les amène avec le consentement de leurs parents et les raccompagne chez eux une fois les activités terminées.
 
Après avoir vu ces enfants dans le feu de l’action, il n'y a aucun doute sur l'intérêt et la formation des spécialistes du Combinat sportif. Cependant, une grosse partie des mérites de tout ce travail revient incontestablement à Mairelis Matos Silo, qui, grâce à ses connaissances, sa volonté et ses à compétences manuelles, a conçu une série d’initiatives et des projets pour les enfants.
 
« Les pénuries matérielles ne me font pas peur. Avec un tube en plastique, vous pouvez fabriquer des cerceaux pour la gymnastique et avec des boutons du même matériau, vous pouvez faire des quilles Tenez, avec un morceau de bois et des cordes minces, vous fabriquer des échasses et avec des couvercles de boutons et des cartons, concevoir des jeux de société. Tout ce qu’il faut, c’est laisser libre cours à son imagination et bien utiliser le temps disponible pour concevoir es choses dont on a besoin. »
 
Par ailleurs, dans les aires de l'école primaire « Eradio Dominguez », des dizaines d'enfants se donnent rendez-vous l'après-midi, à partir de quatre heures. Son directeur, Leonardo Lescay Veranes, explique que l'utilisation des installations sportives du centre est le résultat des bonnes relations qui ont toujours existé avec le Combinat sportif, et qui ont été renforcées à la suite d’un accord approuvé par le groupe de travail communautaire du Conseil populaire.
 
« Cet accord nous permet également d'utiliser une partie de notre équipement sportif à des fins récréatives », affirme-t-il.
 
Dans ces espaces, le Combinat sportif est représenté par le professeur Joel Salgado Ojeda, reconnu pour ses connaissances et son bon caractère. Il est ravi d'avoir préparé les deux équipes d'enfants qui ont représenté la 17e circonscription au tournoi municipal de football de rue, une tâche pour laquelle il a bénéficié du soutien des familles.
 
« Nous avons plusieurs familles dysfonctionnelles dues aux difficultés de la vie, mais je pense que la plupart des personnes qui vivent ce genre de situation apprécient ce que nous faisons pour aider leurs enfants à passer un été agréable et vraiment sain », ajoute-t-il.
 
ALLER PLUS LOIN
 
Angel Barcelo Senfort, méthodologue des loisirs de la Direction municipale des Sports, connaît très bien le terrain, et il se félicite des mesures et des actions concrètes menées par le personnel du Combinat sportif pour organiser et développer les activités en cours.
 
« Il est vrai que la préférence pour les jeux vidéo et autres produits informatiques s'est accrue. C'est une question de modernité. Mais c’est également une évidence que tous nos enfants, adolescents et jeunes n'y ont pas accès. »
Il estime que le soutien à ceux qui ont une préférence pour ces options doit être maintenu, mais en même temps, il est nécessaire de libérer tout le potentiel en termes d'installations et de personnel spécialisé en matière de sport et de loisirs.
 
« Il existe des formules qui ont fait leurs preuves. Je veux parler, entre autres, des plans de rues, des concours « À Jugar » (Jouons) et des festivals récréatifs, pour lesquels il faut de la volonté et des compétences en matière d'organisation. »
 
Et d’ajouter : « Sans des actions comme celle-ci, nous n’arriverons pas à organiser les tournois et les compétitions à long terme que nous souhaitons mettre en place pendant l'été, comme c'est le cas du football de rue, qui a très bien pris. »
 
En ce qui concerne la randonnée, le spécialiste est d'accord avec nous sur le fait que dans le chef-lieu de province et ses environs, d’autres variantes sont possibles. Par exemple, il y a les promenades toujours agréables et surprenantes jusqu'au sommet du Loma de la Cruz, qu'il est possible d'entreprendre à partir de n'importe quel quartier.
 
Selon lui, les courses d'orientation et les randonnées pédestres sont étroitement liées à ce genre d’activité. Concernant ces dernières, par exemple, ils comptent des itinéraires tracés dans le Jardin botanique d'Holguín et dans la Forêt des Héros, malheureusement encore inexploités aujourd'hui.
 
Ses observations, ainsi que celles de beaucoup d'autres personnes contactées lors d’une visites au Conseil populaire de Vista Alegre, confirment que les plans de loisirs d'été sont des objectifs vraiment utiles, réalistes et motivant lorsqu’ils sont construits collectivement, en consultation permanente, sur la base des possibilités réelles, des initiatives, des goûts et des besoins des quartiers. /Granma

Ajouter un Commentaire