Plus près de Barranquilla

  • Published in Sports
  • Hits: 267
José Antonio Miranda, directeur du sport de haut niveau, s'est entretenu en exclusivité avec Granma International.
 
Les  Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes de Barranquilla, en Colombie, sont de plus en plus proches. Peu de temps nous sépare de ce grand événement multisports régional, où Cuba espère voir se prolonger le règne établi à chacune de ses participations depuis 1970.
 
Cette décision a été réaffirmée à notre journal par José Antonio Miranda, responsable du sport de haut niveau de l’Institut national des sports, de l’éducation physique et des loisirs (Inder) qui estime que l'objectif est ambitieux et compliqué, au milieu d’un contexte compétitif régional exigeant, avec des pays plus forts et mieux préparés.
 
« La lutte sera probablement plus rude qu'à Veracruz, il y a quatre ans car, en plus du Mexique, notre rival historique, la Colombie souhaite aussi s’assurer une place parmi les trois premiers au classement des médailles. Les Colombiens visent plus de 100 titres, un défi uniquement à la portée de trois pays. Cela ne s'est produit qu'à Mayagüez, sans la présence de Cuba, il y a huit ans », a précisé le responsable dans un entretien exclusif avec Granma International.
 
Miranda a reconnu que même si la préparation des sportifs cubains va bon train, il ne devrait pas y avoir, comme dans les éditions précédentes, une telle différence dans le classement des médailles par rapport à d'autres pays.
« Au vu de l'augmentation du nombre d’épreuve de 432 à Veracruz à 470 à cette édition de Barranquilla, nous estimons que l'écart entre les premiers pays devrait se réduire, car nous seront absents dans 93 épreuves, et la Colombie devrait remporter plus de 35 titres et le Mexique plus de 25. »
 
Cette situation obligera Cuba à faire preuve d'une grande efficacité, en particulier dans les disciplines plus traditionnelles. « Nous avons besoin de 65% d'efficacité dans les finales que nous disputerons pour ne pas nous compliquer la tâche. La lutte, la boxe, le taekwondo, le canoë-kayak, l'aviron et la gymnastique artistique, notamment, seront déterminants, tandis que l'athlétisme doit apporter la plus grande contribution, comme cela s'est produit tout au long de l'histoire », a ajouté Miranda.
 
Bien entendu, ces disciplines font l’objet d’un suivi et d’une mission d’évaluation depuis plusieurs mois. « En raison des titres qu’ils peuvent rapporter, ces sports sont prioritaires en termes de financement, de conditions d'entraînement et de parcours compétitif. Cependant, toutes les médailles comptent et une grande attention est également accordée à la préparation du reste des modalités. »
Miranda a expliqué que le programme de compétition à Barranquilla sera très similaire à celui de Veracruz, avec peu de présence cubaine au début. « Il est probable qu’après les sept premiers jours de compétition nous soyons encore loin de la tête du classement générale par pays, car nos chances de médailles se feront dans dix des 18 sports au programme, comme le veut le calendrier conçu pour donner petit un coup de pouce à la Colombie et au Mexique.
 
« Compte tenu de cette réalité, nous travaillons à faire en sorte qu'il n'y ait aucun vide motivationnel qui pourrait nuire à la réalisation de nos objectifs. La préparation psychologique sera essentielle et nous sommes confiants de pouvoir entrer dans la lutte pour les médailles dans la deuxième étape, qui sera décisive », a indiqué le responsable du haut niveau, qui a également qualifié les Jeux centraméricains de un lien essentiel dans le cycle olympique.
 
« Barranquilla sera le point de départ de notre quête pour reconquérir des positions sur le continent et préserver notre statut de puissance olympique. Aux Jeux panaméricains de Lima, nous ne pensons pas que le résultat de Toronto se répétera, d'abord parce que le Pérou, en tant que pays organisateur, ne sera pas en mesure de figurer en tête du classement et aussi parce que le Canada n'aura pas le même soutien qu’en 2015.
 
« Par ailleurs, nous avons 129 sportifs potentiels très talentueux et très bien préparés et qui auront une grosse responsabilité sur leurs épaules puisqu’ils constituent nos espoirs de médailles. Enfin, dans la perspective des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, nous avons également identifié 29 sportifs de classe mondiale qui, avec le soutien approprié, peuvent conforter la place de notre pays parmi les meilleurs lors de ce rendez-vous estival », a-t-il conclu. /Granma

Ajouter un Commentaire