Holguín: pour un meilleur contrôle sanitaire international

  • Published in Holguín
  • Hits: 155
aeropuerto frank paisPhoto: Amauris Betancourt.Dans plusieurs pays du monde il y a une transmission active de certaines maladies telles que les affections respiratoires aiguës, les flambées de fièvre jaune et le paludisme.
Étant donné que Holguín maintient des projets de collaboration avec différents pays et que le nombre de voyageurs vers ces destinations s´est augmenté, il s'avère nécessaire d'établir un contrôle sanitaire efficace.
 
Compte tenu du risque que représente l'entrée et la transmission des maladies déjà éradiquées ou avec de faibles taux d'infestation, nous avons besoin urgent de renforcer le contrôle sanitaire international dans les marinas internationales, les ports et les aéroports, en particulier dans ces derniers.
 
Selon Ortiz dit Eliecer Hidalgo, un fonctionnaire du contrôle sanitaire international du Centre provincial d'hygiène, d'épidémiologie et de microbiologie: « La situation internationale est très complexe non seulement au Brésil, mais dans huit pays frontaliers avec le pays sud-américain, où Cuba donne une coopération médicale.
 
Un autre facteur de risque est que les voyageurs cubains visitent fréquemment ces pays-là. Cela rend le contrôle des touristes plus complexe, car ils ne signalent pas toujours leurs adresses, à différence des collaborateurs soumis au contrôle des agences. C'est pourquoi les actions de contrôle commencent aux points d'entrée dans la province. "
 
L'aéroport international Frank Pais accueille souvent des collaborateurs, des vols d'une compagnie aérienne commerciale du Venezuela et un vol de Copa avec les voyageurs et les équipages en provenance du Cône Sud et de la région andine, De ce fait, l´aéroport doit garantir le contrôle effectif des passagers.
 
Une vaccination contre la fièvre jaune, entre autres examens, est exigée pour les voyageurs en provenance des pays à risque de fièvre jaune, de paludisme et d'autres maladies transmissibles.
 
En ce qui concerne le paludisme, nous continuons à travailler dans les liex de résidence des voyageurs où nous avons des sites de reproduction des moustiques anophèles et dans la surveillance passive des personnes atteintes de fièvre.
 
Nous faisons le test de goutte de paludisme dans les 72 premières heures, puis le contrôle parasitologique pendant huit semaines ".
 
La possibilité de minimiser l'entrée de maladies transmissibles ou émergentes réside dans le contrôle des actions de surveillance et de suivi que nous serons en mesure de mener à bien sur notre territoire.

Ajouter un Commentaire