El tiempo - Tutiempo.net

La coopération cubaine: principes et vérités depuis le Venezuela

  • Published in Avis
  • Hits: 1198
medicos kenya 3Tout le monde au Venezuela le sait : les soins sont basés sur l'éthique médicale. On ne pose aucune question au malade sur sa filiation politique et on ne lui demande pas d'argent ; ce sont des personnes, des patients, des êtres humains... Et cela suffit à sensibiliser des médecins formés aux valeurs de la Révolution. Pour qu’elle soit grande, ils n’ont pas besoin de l’inoculer.
 
L'histoire de la coopération cubaine avec le monde est marquée par l’observance de principes éthiques dans la conduite et la position de l’État et du gouvernement de non-ingérence dans les affaires intérieures d'un pays, et du respect de la souveraineté des pays et du Droit international.
 
Les centaines de milliers de compatriotes qui prêtent leurs services sur les cinq continents partagent et respectent ces principes. Ainsi, c’est forts de ces principes et dans cet esprit que nous, les Cubains, travaillons dans la patrie de Simon Bolivar et d’Hugo Chavez.
 
La République bolivarienne du Venezuela se trouve être le deuxième pays au monde qui compte la plus forte présence d'internationalistes cubains depuis le 1er janvier 1959, devancé uniquement par le peuple frère d'Angola, qui a vu de milliers d’enfants de José Marti vivre, travailler, combattre et mourir à ses côtés. Le Venezuela est aussi le pays qui comptent la plus grande diversité de spécialistes cubains dans les domaines de la santé, du sport, de la culture, de l'éducation, des communications, de l'agriculture, de l'alimentation, de l'industrie, des sciences, de l'énergie et des transports, entre autres.
 
Avec la victoire populaire et l'arrivée au pouvoir du commandant Hugo Chavez Frias, la Révolution a placé l'être humain au centre de tout. Pour la première fois, des millions de personnes marginalisées et pauvres se sont senties valorisées et ont eu accès aux programmes de protection sociale que le gouvernement a entrepris en prélevant 73% du Produit intérieur brut (PIB) au profit des majorités.
 
C’est ainsi que sont nées les missions sociales, créées et promues par Chavez comme « l'âme de la Révolution », du fait de leur caractère inclusif, populaire, participatif, démocratique, humain, solidaire et authentiquement socialiste.
 
Dans ce contexte, dans le cœur du peuple et de sa Révolution, que s'insèrent les coopérants cubains. Fidel énonça les principes essentiels de la coopération : tout d'abord, bien s'occuper du peuple vénézuélien, préparer la relève et prendre soin de nos personnels. Ces principes ont guidé, guident et guideront toujours la présence cubaine dans ce pays frère.
 
La Mission Barrio Adentro Salud (Santé au sein du quartier) est celle qui a le plus grand impact social. Nos coopérants sont présents dans 24 États et 335 municipalités du pays. Ils sont disséminés dans les paroisses civiles et offrent leurs services dans plus de
 
1 500 lieux de travail. On les trouve aussi bien dans un « cerro » [quartiers populaire] auprès des populations les plus démunies, que dans les quartiers huppés situés sur les hauteurs des villes, réservés à la grande et moyenne bourgeoisie.
 
EN PLEIN COEUR DU VENEZUELA
 
Tout le monde au Venezuela le sait : les soins sont basés sur l'éthique médicale. On ne pose aucune question au malade sur sa filiation politique et on ne lui demande pas d'argent ; ce sont des personnes, des patients, des êtres humains.... et cela suffit à sensibiliser les médecins, formés aux valeurs de la Révolution. Pour qu’elle soit grande, ils n’ont pas besoin de l’inoculer.
 
Les exemples abondent, aussi bien dans la vie de tous les jours et que dans des moments exceptionnels comme durant les mois des « guarimbas » [violences de rues] en 2017, ou les 22 et 23 janvier de cette année et, plus récemment encore, le 23 février dernier, lorsque des personnes blessées par balles, par armes blanches et par brûlures ont été soignées par les médecins cubains dans les centres de diagnostic intégral, que ce soit des partisans de Chavez ou des opposants, avec le même empressement et la même qualité.
 
Après l’auscultation, qui est la méthode la plus directe et la plus efficace, tout patient peut bénéficier, sans distinction, d’un examen diagnostique, d’un traitement médicamenteux ou de rééducation, d’une intervention chirurgicale et, si nécessaire, d’un traitement spécialisé à Cuba.
 
Un contrôle ? Bien sûr qu’il y en a, mais il est fort éloigné de la version livrée par les ennemis de Cuba et du Venezuela. Comme partout dans le monde, les statistiques sanitaires sont enregistrées, non pas au sens mercantiliste, mais pour évaluer l'impact des maladies et des traitements, la qualité de vie et les actions de prévention.
 
Au cours des 18 années de travail de la Mission Barrio Adentro Salud, 1 552 millions de soins médicaux ont été dispensés, 1 473 317 vies ont été sauvées et 3 391 967 interventions chirurgicales ont été réalisées.
 
Parmi les 10 388 services offerts figurent les soins aux personnes handicapées, les traitements dentaires et ophtalmologiques et le suivi des maladies chroniques comme le diabète. Rien qu’en dix ans, 209 607 patients ont été traités dans cette dernière spécialité, grâce à l'application de l'Heberprot-P, un médicament cubain pour le traitement des ulcères du pied diabétique, qui a eu un grand impact en réduisant le nombre d'amputations à 3% parmi les patients traités, alors que les statistiques du Venezuela font état d’un taux d’amputation entre 40 et 60% chez les patients qui ne sont pas traités pas le vaccin mis au point par les chercheurs cubains.
 
Ce qui distingue les interventions menées par le système de santé mis en place par la Révolution bolivarienne dans les quartiers, d'abord avec le concours des médecins cubains au niveau communautaire, et à présent avec la relève assurée par le personnel vénézuélien, dans les 13 617 cabinets de consultation populaires, c’est le travail sur le terrain, porte à porte, et de manière systématique, avec la participation des responsables communautaires, et ce, non pas pour obtenir des voix ou pour exercer une pression politique quelconque, mais pour exercer cette médecine sociale, engagée, qui prend en charge les patients dans leur globalité et qui, depuis l’âme, soigne les maladie.
 
IL N'Y A NI AGENTS NI SOLDATS CUBAINS SUR LE SOL BOLIVARIEN
 
Ceux qui restent au Venezuela, de manière volontaire, avec un sens élevé du devoir et une fermeté révolutionnaire, ce sont les reconnaissants. Ceux qui remplissent un devoir de solidarité font bloc avec leurs frères Vénézuéliens face aux agressions et aux menaces de l'empire et de ses laquais. Seuls ceux qui étaient venus en quête d’une meilleure vie ont abandonné la cause.
 
Il n'y a ni agents ni soldats cubains sur le sol bolivarien, seulement des coopérants épris de paix, d'amour et de vie et qui enseignent et apprennent chaque jour.
 
Comme à Cuba, à travers la Mission Robinson – en référence au pseudonyme du poète Simon Rodriguez, précepteur du Libertador Simon Bolivar –, 3 095 546 Vénézuéliens ont appris à lire et à écrire, avec la méthode cubaine « Yo sí puedo » (Oui, je peux) dans le cadre cette noble cause.
 
Nous pouvons affirmer avec certitude que le peuple vénézuélien est aujourd’hui plus éduqué et plus libre, il pense, raisonne et décide de son propre destin grâce aux missions sociales du Venezuela et de Cuba.
 
Le président constitutionnel Nicolas Maduro Moros a renforcé le Système des missions et des Grandes missions socialistes « Hugo Chavez Frias », ratifiant qu'elles constituent une source de pouvoir social, économique et politique. Côte à côte, pour la paix et pour l'amour, nous, les Cubains, serons toujours à leurs côtés.
 
EN CONTEXTE
 
—Aucun médecin cubain ne refuse les soins, et encore moins ne risque la vie d'un patient à des fins politiques.
 
—La coopération médicale internationale de Cuba dure depuis plus de 55 ans et est présente dans 124 pays avec plus de 400 000 personnels de santé.
 
—Depuis le début de la coopération médicale cubaine au Venezuela, plus de 140 000 professionnels de la santé ont offert des millions de consultations et de soins, et plus de 24 000 médecins communautaires intégraux ont été formés.
 
—Les missions de Barrio Adentro I et II ont porté la santé au peuple vénézuélien, guidés par un véritable altruisme et dans un total respect de la souveraineté, de l’intégrité et de la dignité de ceux auxquels ils portent secours.
 
—Seuls ceux qui soutiennent le coup d'État depuis l'extérieur peuvent oser salir leur honneur.
 
—La coopération cubaine au Venezuela est le fruit de la solidarité prônée par Fidel et Hugo Chavez
 
—Ces dernières années, plus de 220 000 spécialistes cubains de divers secteurs sont passés par le sol bolivarien. Voilà la véritable armée cubaine, pas celle inventée de toutes pièces par les putschistes. /Granma

Ajouter un Commentaire