/   ISSN 1607-6389
LATEST_UPDATE_ON Mar, 25 Avr 2017 - 13:36

TÉLÉCHARGEZ
Édition Imprimée

Éducation spécialisée et formation professionnelle

L’École Solidarité avec le Panama est l’un des établissements les plus représentatifs des réussites de Cuba en matière d’enseignement spécialisé. Des enfants et des adolescents de tout le pays sont pris en charge par des enseignants spécialisés. Photo: Ricardo López HeviaUN tel palmarès ne saurait passer inaperçu : 145 médailles d’or, 133 d’argent et 62 de bronze, remportées par 25 sportifs lors de 19 événements internationaux.

Pour 2017, des compétitions sont déjà programmées : le mondial de hockey en salle qui se déroulera en Autriche et les 3e Jeux latino-américains dans le cadre des Jeux olympiques spéciaux qui auront lieu au Panama au mois d’avril.

Des enfants, des adolescents et des jeunes déficients intellectuels, pris en charge par le Mouvement des Jeux olympiques spéciaux de Cuba, représenteront notre pays à ces compétitions.

Ce qui précède est une bonne raison pour se féliciter des 55 années de travail de l’Éducation spécialisée, mais ce n’est pas la seule raison, car l’un des objectifs fondamentaux de cet enseignement est la formation professionnelle.

« Le ministère de la Sécurité sociale garantit un emploi à toutes les personnes atteintes de déficience mentale, qui ont la possibilité de développer toutes leurs habiletés » affirme la Dr Marlén Triana Mederos, directrice nationale de l’Éducation spécialisée.

« Chaque année, entre 2 030 et 2 050 élèves sortent des écoles spécialisées. Ce sont des adolescents que nous prenons en charge dès leur plus jeune âge. »

Bien que les enfants souffrant de déficience intellectuelle soient les plus nombreux dans l’éducation spécialisée, des enfants ayant d’autres besoins éducatifs sont aussi pris en charge dans ces écoles. Chaque année, entre 90 et 110 enfants malvoyants, malentendants ou présentant d’autres handicaps physiques et moteurs s’inscrivent à l’Université.

« Alors que dans certains pays, la revendication est que ces enfants terminent l’école primaire, à Cuba, ils sont bacheliers et vont à l’université », signale la fonctionnaire du ministère de l’Éducation.

Comment a-t-on abouti à ces résultats en une cinquantaine

d’années ?

L’EFFORT DE TOUS

Depuis sa création – le 4 janvier 1962 –, l’Éducation spécialisée a eu un principe fondamental : le droit de tous à recevoir une instruction de qualité dans n’importe quel contexte et travailler sur cette base pour parvenir au développement intégral optimum des personnes présentant des besoins éducatifs spécialisés, associés ou non à un handicap.

Pour que tous les enfants soient pris en charge, cet enseignement compte sur 15 000 enseignants. Environ un maître pour 4 élèves. Cependant, dans les écoles d’enfants aveugles et sourds ou autistes, le rapport est d’un enseignant par enfant.

Dans le cas de la prise en charge scolaire à l’hôpital – conçue pour les enfants hospitalisés en longue durée –, elle est de un ou deux enfants par enseignant. Par décision ministérielle, un maître itinérant ne peut avoir plus de 3 élèves.

Une autre des caractéristiques de l’Éducation spécialisée à Cuba : la permanence de l’élève est transitoire, car l’enseignement vise à le réinsérer dans le circuit scolaire classique. C’est ce que nous explique la Dr Triana Mederos.

« À l’heure actuelle, plus de 9 800 enfants aux besoins éducatifs spécialisés, associés ou non à des handicaps, sont scolarisés dans le système classique depuis la petite enfance jusqu’à l’éducation pour adulte. »

Les 356 institutions de l’Éducation spécialisée du pays obtiendraient bien peu de résultats si elles travaillaient de façon isolée. Heureusement, les ministères de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur, du Travail et de la Sécurité sociale, de la Santé publique, l’Institut national du Sport, de l’Éducation physique et des Loisirs, ainsi que les associations de personnes handicapées, apportent leur concours dans le cadre de ce système d’éducation pour tous.

RÉDUIRE LES DIFFÉRENCES

Les efforts déployés par l’État cubain pour assurer un traitement différencié depuis le plus jeune âge à des personnes handicapées ont pour objectif de permettre à chacune de développer ses capacités, quelles que soit son handicap

Les ressources investies dans ce type d’enseignement sont énormes : depuis les équipements modernes et le matériel scolaire, jusqu’à la mise à jour des connaissances des enseignants et des auxiliaires pédagogiques.

La Dr Marlén Triana est consciente qu’il reste encore beaucoup à faire : « Nous devons continuer à travailler à la sensibilisation de la population, notamment sur la barrière psychologique, et dans la conception de la formation professionnelle, afin que l’enfant déficient intellectuel, scolarisé dans le système classique, puisse atteindre des compétences qui lui permettent de s’insérer, une fois adulte, dans un milieu professionnel complexe, car même si son droit au travail est garanti, il aura les mêmes contraintes de rentabilité et d’efficacité que les autres travailleurs. »

Fotos:

- JR_ 155432: L’École Solidarité avec le Panama est l’un des établissements les plus représentatifs des réussites de Cuba en matière d’enseignement spécialisé. Des enfants et des adolescents de tout le pays sont pris en charge par des enseignants spécialisés

- JR_ 152449: Le rapport maître-élève est d’environ un enseignant pour trois enfants, ce qui garantit une attention individualisée. / Granma


AddThis Social Bookmark Button