Miguel Diaz-Canel met l’accent sur le rôle des arts dans l’édification des relations de respect

  • Published in Culture
  • Hits: 264
Le président cubain, Miguel Diaz-Canel, s’est réuni ce mardi avec des artistes qui se sont récemment présentés à Lima, dans le cadre du Sommet des Peuples parallèle au Sommet des Amériques et au festival des Arts de Cuba qui se tient depuis début mai au Kennedy Center de Washington.
 
Miguel Diaz-Canel a souligné qu’à Lima il a été démontré qu’il existe une force à même d’unir beaucoup les Cubains: l’identité. «Le moment est venu de la défendre parce que, dans le monde, il y a quelques-uns qui tentent de la fracturer pour pouvoir manipuler l’histoire» a-t-il ajouté.
 
Elito Revé, directeur de l’orchestre populaire qui porte son nom et Pepe Ordaz, musicien, se sont accordés à signaler qu’à Lima, ils ont défendu le peuple cubain à travers leur musique.
 
Le président cubain a d’autre part signalé que les présentations d’artistes cubains aussi bien à Lima qu’à Washington prouvent que l’art est un espace irremplaçable de communication entre les peuples.
 
Il a d’autre part indiqué que ces événements ont également démontré l’efficacité du système cubain de l’enseignement artistique et il a mis en exergue la manière dont les arts tendent des ponts entre les peuples et leur contribution au respect mutuel et à la paix malgré les divergences.
 
«Vous avez fait preuve de talent et d’engagement et du fait qu’il faut respecter Cuba» a souligné le président cubain au cours de la rencontre effectué au centre culturel La Plaza, ici à La Havane.
 
Irene Rodriguez, danseuse, directrice et chorégraphe, s’est félicitée de l’accueil excellent que le public nord-américain a dispensé aux artistes cubain: longs applaudissements et ovations debout. Zule Guerra, chanteuse et compositrice, a mis l’accent sur la spiritualité partagée, la bonne énergie et la joie qui règne au festival qui se terminera début juin à Washington.
 
A sa grande surprise, bon nombre de gens ont chanté avec elle des chansons cubaines et latino-américaines.
 
«La meilleure manière qu’a le peuple nord-américain de savoir qui nous sommes est de profiter de notre art» a de son côté signalé Lele Rosales, chanteur du grand orchestre populaire Los Van Van.
 
«Les préjugés se sont envolés. Les musiciens croyaient qu’ils allaient jouer dans un événement très sérieux et lorsqu’ils ont vu les gens debout, prêts à bouger au rythme de la musique, le spectacle a débordé de joie. Nous, les Cubains, nous sommes comme ça» a-t-il enchaîné.
 
Le festival des Arts de Cuba au Kennedy Center de Washington offre tout un échantillon des manifestations artistiques cubaines, de la peinture à la musique en passant par le théâtre et la danse et il se terminera le 2 juin par une présentation du Ballet National de Cuba. /RHC

Ajouter un Commentaire